Chapitre
CORPS ENTERPRISE
1
 
1
 

Message de l'auteur en début de chapitre

  Voilà le début des aventures de Félix. N'hésitez pas à me donner votre avis ou des conseils dans les commentaires!
La suite sortira le 05/04/2018 :)
 

Le bain de minuit

1. Le bain de minuit

      Ce fut le contact avec l’eau glacée qui tira Félix de l’inconscient. Au moment où il se sentit sombrer dans la froide obscurité, il ouvrit des yeux apeurés. Tout lui apparut diffus et flou. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il tenta de bouger les bras pour nager mais se rendit compte que ces poignets étaient attachés par une corde. Il pouvait sentir que ses jambes étaient entravées de la même manière.

     Félix sentit la panique l’envahir et regarda autour de lui pour tenter de se repérer. Tout ce qu’il put voir était un halo de lumière au-dessus de sa tête. Au moins il savait dans quelle direction nager s’il voulait s’en sortir, mais il se trouvait dans l’incapacité de faire le moindre mouvement de brasse, tellement ses liens étaient serrés. Soudain, il sentit son dos percuter une surface molle. Il se retourna tant bien que mal pour essayer de l’identifier, et trouva sous ses doigts une substance visqueuse et répugnante : de la vase. Il se trouvait donc au fond d’une rivière ou d’un fleuve.

     En fouillant la terre il s’écorcha l’index sur une surface coupante. Grimaçant de douleur, il s’empara de l’objet en question…un bout de verre ! Vite, s’il voulait avoir une chance de s’en sortir, il devait agir immédiatement. Il commença à scier la corde qui entravait ses jambes avec son couteau improvisé. Il ignorait depuis combien de temps il était sous l’eau mais il commençait déjà à manquer d’air. La main qui serrait le bout de verre le faisait atrocement souffrir et il sentait déjà sa vue se brouiller. Il parvint néanmoins à se défaire de ses liens et s’attaqua à ceux de son poignet, ce qui était nettement plus compliqué. Il réussit même à se couper l’autre main pendant le processus. Alors qu’il commençait sérieusement à désespérer il sentit miraculeusement la corde se desserrer et fut enfin libre de ses mouvements.

      Ses poumons étaient en feu et il sentait ses forces l’abandonner mais Félix savait que s’il n’agissait pas rapidement il n’en aurait pas pour longtemps. Il se propulsa de toutes ses forces sur le sol vaseux et agita frénétiquement les bras et les jambes pour remonter à la surface. La surface lui semblait être à des kilomètres de là et il sentit son énergie diminuer.

     Mais la peur l’aiguillonnait et il sortit finalement la tête de l’eau en inspirant de grandes goulées d’air. Il regagna ensuite en crachotant la rive du fleuve. Il posa ses mains sur le béton du trottoir et réussit à se hisser hors de l’eau. Épuisé, il roula sur le dos et contempla sans le voir le croissant de lune qui lui avait indiqué la direction à suivre. Ses cheveux d’un noir de jais ruisselaient d’eau et des mèches lui tombaient sur ses yeux bleu azur. Il l’avait échappé belle ! Il était tellement fatigué qu’il lui fallut cinq bonnes minutes pour se ressaisir et commencer à se questionner sur sa situation. Que faisait-il au beau milieu de la nuit dans un fleuve ? Pourquoi diable était-il attaché ?

      Félix rassembla ses forces et parvint à se mettre debout. Il devait avant tout découvrir où il se trouvait. Il s’engagea sur un large pont et son regard fut attiré par la vive lumière qu’émettait une immense horloge au sommet d’une tour tellement haute qu’il dut se dévisser le cou pour pouvoir bien la voir. Saisi d’un doute, il tourna la tête vers sa droite et aperçu à environ cinq cents mètres une grande roue. Felix reconnaissait ces deux symboles connus mondialement, mais il ne parvenait pas à y croire.

« - Mais bordel de merde ! Qu’est-ce que je fous à Londres ? » ne put-il s’empêcher de crier juste avant de sentir un main s’abattre sur son épaule.

N'hésitez pas à laisser un commentaire...